Je fais un don

Réhabilitation du dispensaire d'Ambatomainty

Pour sa première action dans la Région de Bongolava, MADDA a souhaité venir en aide aux populations fortement enclavées et démunies. Une rencontre avec les habitants du village d’Ambatomainty Sud et les échanges pertinents qui ont été réalisés avec le Chef de Village et le médecin de l’unique dispensaire du village ont amené l’équipe de MADDA à soutenir un projet de réhabilitation du Centre de Santé pour permettre au village de recevoir des soins de qualité. La situation de santé de la Commune d’Ambatomainty est en effet largement précaire, notamment en raison de son éloignement du Centre Hospitalier du Chef Lieu du district Fenoarivobe..

Situation sanitaire de la Commune Rurale d'Ambatomainty

Un diagnostic participatif réalisé auprès de la population locale a révélé une grande précarité du système de la santé dans la commune d’Ambatomainty, avec notamment une recrudescence du paludisme et des diarrhées mortelles pour les enfants et les adultes.

Les causes identifiées, largement similaires à celles relevées sur l’ensemble de la région de Bongolava sont:

-        D’importantes insuffisances en matière d’hygiène (faible présence de WC et de douche, tendance à faire ses besoins dans la nature, sans distinction du risque présenté par le lieu où ils sont effectués) ;

-        une absence d’adduction d’eau potable (approvisionnement en eau dans des points d’eau impropres à la consommation humaine) ;

-        une très faible disponibilité en traitement anti-paludique en raison du coût de ce dernier (environ un mois de salaire malgache, soit 30-45 euros) ;

-        les conséquences de plus en plus nombreuses du changement climatique qui sont sources d’épidémies ;

-        le fort taux de malnutrition de la population, baissant les défenses immunitaires et à l’origines de graves carences ;

-        l’éloignement de certains Fokontany de l’unique Centre de Santé de la Commune à Ambatomainty et la vétusté de ce dernier, ce qui amène les populations locales à avoir largement recours à la médecine traditionnelle ou à l’automédication.

Les solutions proposées par la Commune d’Ambatomainty, prévisibles, sont :

-        la sensibilisation et l’éducation des populations sur l’hygiène, la propreté et la santé ;

-        la mise en place d’une réglementation sur la propreté ;

-        la sensibilisation des populations sur la protection contre les pandémies ;

-        l’adduction d’eau potable ;

-        la construction de Centre de Santé de base et la réhabilitation du CSB II existant.



Programme de réhabilitation

Le dispensaire d’Ambatomainty Sud est un CSB2, administré par une équipe de quatre (4) personnes dont : un (1) médecin ayant le titre de Docteur en médecine, un (1) Aide Soignant, un (1) Dispensateur, un (1) Gardien.

Le bâtiment vétuste d’une trentaine d’années ne répond à aucune norme sanitaire : inexistence d’eau courante et d’électricité.

De plus, il abrite à lui seul et le logement du médecin, et la maternité et médecine générale dans une unique salle, et la salle de soin, et le dispensaire.

Le CSB II enregistre annuellement en moyenne 1700 consultations essentiellement composées des malades et de femmes enceintes en provenance des quatre Fokontany de la Commune.

Les femmes, même si elles viennent voir le Médecin pour les visites prénatales, préfèrent accoucher chez elles avec l’aide de Matronnes. Si le Médecin enregistre 140 visites prénatales par an, une quarantaine de femmes seulement viennent accoucher au CSB II.

Il faut savoir par ailleurs que les accouchements avec les soins d’un personnel de santé qualifié dans la région ne sont que de 30%.

La première action humanitaire de MADDA en matière d’assistance sanitaire sera la réhabilitation du dispensaire, puisque déjà existant, il est important que cet établissement soit fonctionnel au maximum de sa capacité pour répondre aux attentes de la population. Conformément aux évaluations faites de concours avec le Chef de village et le Médecin du dispensaire, les travaux effectués seront :

1)    La réfection du bâtiment

2) L’aménagement intérieur de la pièce principale pour séparer la salle de consultation, la salle d’accouchement et la salle de repos

3) L’adduction d’eau potable par la mise en place d’un puits avec une motricité humaine

4) L’électrification du bâtiment par la pose de panneaux photovoltaïques

5)    L’équipement en matériel médical