Je fais un don

Une charte éthique

Le respect de l’environnement

Nous sommes cependant conscients des craintes suscitées par l’aspect « production d’agro carburant ». C’est pour cela que nous avons entrepris de mandater des observateurs indépendants afin de garantir le caractère social et environnemental de notre action, et poser des conditions qui répondent aux inquiétudes soulevées par la communauté internationale.

Une analyse de sols a été réalisée afin d’évaluer la faisabilité de notre projet, tout comme une étude d’impact environnemental (en cours d’actualisation). Cela était requis par l’Office National pour l’Environnement (ONE), et une plantation test a été réalisée pour évaluer les chances de réussite du projet. De plus, une étude de cycle de vie est en cours de réalisation sur la plantation test pour évaluer, depuis les transports jusqu’à l’entretien des arbres, l’efficacité de la plantation en tant que puits de carbone.

La branche pour l’énergie du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) a en outre listé les principaux problèmes liés aux bio-énergies lors de sa table ronde sur les entreprises en bioénergie dans les pays en voie de développement. Comme le Jatropha fait partie des solutions innovantes pour associer besoins grandissants en énergie et amélioration des conditions socio-économiques des régions en développement, MADDA a repris chacun des problèmes décrits par le PNUE et a défini avec NEO Madagascar les conditions qui permettront de les résoudre. En travaillant avec MADDA, NEO Madagascar se responsabilise au niveau des décisions économiques qu’elle est amenée à prendre : il s’agit désormais pour cette société d’évaluer les répercussions de ses choix en terme social et environnemental, en plus des retombées économiques.

La plantation seule des arbres permettra la création de 1000 emplois environ parmi les populations locales. Une fois les arbres plantés, la convention de partenariat passée entre l’entreprise agricole et MADDA stipule une obligation de maintien des emplois créés et la création complémentaire d’emplois d’ici 2015 pour atteindre un total de pas moins de 1380 emplois permanents et plus de 10.000 emplois saisonniers pour l’exploitation des fruits des arbres plantés. L’exploitation – manuelle - de ces fruits permettra la production d’huile de Jatropha, qui sera une source d’énergie propre pour la région. Cette étape économique ne sera cependant en aucun cas aidée financièrement par MADDA.

Une formation professionnelle sera en outre mise en place pour permettre au paysan de se former à de nouvelles techniques agricoles, ainsi qu’à celles qui sont spécifiques au Jatropha curcas. De cette manière, ils pourront à leur tour au bout de quelque temps cultiver leurs propres plants.

Je fais un don